1II - Petits fonds privés

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

1II/1/1-1II/720/3

Date

1481-2021

Origine

Producteurs multiples.

Modalités d'entrées

Les documents cotés en 1II sont entrés aux Archives municipales de Lyon par voie de dons ou d'achats depuis le XIXe siècle.

 

Présentation du contenu

La sous-série est constituée de dons et d'achats de pièces isolées et de fonds privés de petite taille (moins d'une boîte d'archives).

 

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Pour certaines cotes, les documents en double exemplaire ont été éliminées réglementairement.

 

Accroissements

La sous-série est ouverte. Elle est donc susceptible de s'accroître par de nouveaux dons ou achats.

 

Langue des unités documentaires

La grande majorité des pièces de cette sous-série est rédigée en français. Cependant, certains documents sont rédigés en italien ou anglais.

Correspondance de Charles Missol, fondateur du journal mondain et littéraire la Libellule.

Cote/Cotes extrêmes

1II/716/1

Date

Vers 1895

Importance matérielle

67 feuillets.

Caractéristiques physiques

papier.

Origine

Charles Missol.

Biographie ou Histoire

On sait peu de choses sur Charles Missol, fondateur de la revue mondaine, littéraire et illustrée La Libellule, poète-vigneron comme il se présente dans ses publications. Il est l'auteur d'un ouvrage intitulé Les fictions, le poète vigneron en 1892.

Sa revue "la Libellule" n'est pas citée dans la thèse de Marc Jampy "Expériences de presse, Lyon, 1870-1914" et semble avoir connu une très brève existence autour des années 1894 et 1895.

La lecture de la correspondance nous apprend que c'est le fils de Charles Missol, lui même prénommé Charles, qui illustrait la revue. Elle devait comporter quatre pages et était diffusée à environ 200 abonnés dans le Lyonnais. En 1895, Charles Missol s'associe à Léonard Rivière, directeur de la Revue française illustrée,  pour que la Libellule soit insérée et distribuée avec la Revue française à Paris mais ce partenariat tourne court. Le siège de la revue était alors situé au 12 rue Gasparin à Lyon, où Charles Missol louait un appartement à une propriétaire du nom d'Emma Berger. A la fin de l'année 1895, l'expérience de la Libellule semble terminée, Charles Missol quitte Lyon en laissant des dettes et s'installe à Charly.

 

Modalités d'entrées

Achat de la ville de Lyon auprès de la maison de ventes Vermot et associés en date du 21 septembre 2022.

Présentation du contenu

Cette correspondance nous permet de découvrir un titre de presse très éphémère de la fin du XIXe siècle à Lyon et d'en savoir un peu plus sur Charles Missol, un personnage lyonnais manifestement truculent.

La moitié de la correspondance est rédigée sur un papier rose à en-tête illustrée d'un barde ailé dessiné par Charles Missol fils.

Correspondance de Charles Missol (1894-1896) : adressée à Léonard Rivière datée de juin 1895 à octobre 1896, adressée à Léonard Rivière sans date mais concernant les numéros du 20 juillet au 25 octobre 1895, autres lettres adressées au même vers 1895 et enfin une lettre de Charles Missol en date du 24 décembre 1894 à un destinaire non identifié.

Lettre d'Emma Berger à Léonard Rivière en date du 10 décembre 1895.

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Conservation définitive

Conditions d'accès

Communicable (Communicabilité vérifiée)

Conditions d'utilisation

La reproduction est autorisée.

Bibliographie

JAMPY Marc. Expériences de presse, Lyon, 1870-1914, sous la direction d'Olivier Faure. - Lyon : Université Jean Moulin (Lyon 3), 2013.

Disponible sur : www.theses.fr/2013LYO30016