31II - Fonds Edmond Locard

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

31II/1-31II/164

Date

1883-1967

Importance matérielle

164 articles ; 10 mètres linéaires.

Origine

Ces archives ont été produites par Edmond Locard (1877-1966) et sa préparatrice et secrétaire Denise Bichambis au laboratoire de police technique de Lyon puis à son cabinet privé.

Biographie ou Histoire

La famille Locard

Le goût pour les sciences d'Edmond Locard n'est pas sans relation avec son ascendance paternelle. En effet, son arrière-grand-père Eugène Locard (1805-1883) est l'ingénieur des chemins de fer qui a travaillé à la construction ou la réfection de grands ouvrages lyonnais : la ligne ferroviaire reliant Lyon à Saint-Étienne (1829), les gares de Lyon et de Saint-Étienne ainsi que les viaducs de la Mulatière et de Perrache. Cet inventeur de différents systèmes de locomotion a conjointement publié plusieurs ouvrages scientifiques sur la sécurisation des moyens de locomotion et la résistance des rails.

Eugène a épousé Alexandrine Niepce (1817-1879), apparentée à l'ascendant Nicéphore Niepce (1765-1833), l'inventeur du procédé photographique.

Leur fils, Étienne Alexandre Arnould Locard (1841-1904), a suivi une carrière scientifique en obtenant le diplôme d'ingénieur à l'école centrale de la Manufacture de Paris (1866). Naturaliste et géologue, il s'est distingué, auprès de son maître Jules René Bourguignat, dans l'étude de la malacologie, notamment au Muséum d'Histoire naturelle de Lyon, lequel a reçu sa collection de coquillages. Il a obtenu plusieurs distinctions comme la grande médaille d'argent de la Sorbonne (1867) et la médaille d'or de l'Académie de Lyon (1868) dont il est devenu membre (1879). Il s'est installé définitivement à Lyon en 1878 avec son épouse Marie-Gibert de Sennevières (1854-1932).

Edmond Locard (1877-1966) est l'aîné d'une famille de deux enfants, le benjamin n'ayant pas survécu. Il est né le 13 décembre 1877 à Saint-Chamond, que sa famille quitte presque aussitôt pour habiter Allevard. C'est peu après la naissance de leur fille Marguerite que la famille occupe un appartement situé sur l'actuel quai Gailleton, ville qu'il n'a quitté que pour de brefs séjours. Il a cependant séjourné à Paris au cours de la guerre et plus régulièrement dans la résidence familiale d'Allevard.

Il épouse sa cousine Lucie Soulier peu après sa prise de fonction au laboratoire de police technique. De cette union naissent Jacques (1914-1952) puis Denise en 1917.

 

La formation intellectuelle d'Edmond Locard

Edmond Locard suit une double formation littéraire et scientifique au collège dominicain Saint-Thomas d'Aquin d'Oullins où il obtient les baccalauréats ès-lettres et ès-sciences à l'âge de seize ans (1894).

Il s'oriente un temps vers l'apprentissage des langues étrangères dont il lisait ou parlait plus d'une dizaine parmi lesquelles le sanscrit et l'hébreu, atout qui joue dans son évolution vers la criminalistique. Cette pratique lui permet par la suite de réussir un concours pour servir dans le service du chiffre aux côtés du général Cartier, où il contribue à la victoire de la Marne puis à l'arrestation de Mata Hari.

Dans un premier temps, il entre à la faculté des Sciences sur les conseils de son père, puis s'oriente vers la médecine (1894). Dès 1897, l'externe des hôpitaux devient le secrétaire particulier du chirurgien lyonnais Léopold Ollier (1830-1900), considéré comme le père de la chirurgie osseuse et articulaire. La mort de ce dernier le conduit toutefois à modifier son plan de carrière. Il passe alors préparateur puis chef de travaux au laboratoire du légiste et savant Jean-Alexandre Eugène Lacassagne (1843-1924), au côté duquel il parfait sa formation intellectuelle.

Cette rencontre est déterminante pour sa carrière. C'est sous son influence qu'il obtient une licence à la faculté de droit en complément de sa formation de médecin légiste. Il soutient sous son autorité une thèse sur le XVIIe siècle médico-judiciaire (1902). Il est également chroniqueur aux Archives d'anthropologie criminelle, de médecine légale et de psychologie normale et pathologique, revue pluridisciplinaire fondée en 1886 par son maître. Sa fréquentation de l'école lyonnaise de médecine légale et d'anthropologie criminelle, ouverte à la collaboration scientifique internationale, axée sur l'expérimentation et influencée par le positivisme, le conduit à s'intéresser à la criminalistique ou police scientifique ; branche dont Edmond Locard dit qu'elle constitue « un art » qu'il préfère dénommer technique policière.

Il effectue ensuite plusieurs visites d'études en Europe et en Amérique, auprès des différents services existants d'identité judiciaire, de laboratoires de police et d'instituts de criminalistique. A cette occasion, il engage la réfléxion sur la future mission de son service. Il côtoie à cette occasion les personnalités marquantes ayant contribué au développement de cette science appliquée, parmi lesquelles Alphonse Bertillon (1853-1914) à Paris, Hans Gross (1847-1915) à Vienne, Cesare Lombroso (1835-1909) et Salvatore Ottolenghi (1861-1934) à Turin, Archibald Reiss (1875-1929) à Lausanne.

 

Au laboratoire de police technique de Lyon

Edmond Locard inaugure le 24 janvier 1910 le premier laboratoire de police scientifique français et un des tout premiers d'Europe, avec le concours du secrétaire général de police de Lyon, le commissaire Cacaud, dans les combles du palais de justice de Lyon. D'abord service d'identité anthropométrique, sur le modèle de Bertillon prévalant à la préfecture de Paris, il est directement rattaché au commissariat central de la sûreté de Lyon. Celle-ci est placée sous l'autorité du préfet de Lyon depuis les lois des 19 et 24 juin 1851. En l'absence de disposition législative régissant l'organisation d'un laboratoire de police - jusqu'à la loi du 27 novembre 1943 en portant création - Edmond Locard est nommé inspecteur, grade avec lequel il dirige le laboratoire. Cependant, il n'a jamais été fonctionnaire. Le laboratoire ne perçoit de l'administration qu'une indemnité annuelle tout au long de sa carrière jusqu'en février 1951 où il est nommé directeur honoraire. Les expertises commandées par le parquet ou par toute autre personne morale et physique sont rétribuées par honoraires.

Le personnel est au début constitué de fonctionnaires de police d'Etat et dépendant du ministère de l'intérieur. De la création au départ de son fondateur, les moyens dont dispose son directeur sont restés rudimentaires. Mais le personnel s'est progressivement étoffé, passant de deux assistants sans formation scientifique à une trentaine de collaborateurs qualifiés pour la plupart. Le décret du 27 novembre 1943 fixe le mode de recrutement, le statut et la rémunération du personnel de laboratoire de police technique, parmi lequel, le chef du laboratoire de police technique. Ce dernier doit être docteur soit en sciences, soit en médecine ou en pharmacie.

Entré en 1935 comme assistant, Jacques Locard obtient son doctorat de chimie l'année suivante. Sa thèse porte sur la criminalistique. Il occupe ensuite les fonctions de directeur adjoint avant de remplacer son père lors de sa retraite, jusqu'à sa mort survenue brusquement en 1952.

En plus du service d'anthropométrie et de photographie, institué par le service d'identité judiciaire de police à Paris d'Alphonse Bertillon, le laboratoire de Lyon a diversifié les procédés scientifiques et techniques d'enquête et d'analyse des traces et indices. Parmi ces procédés, Edmond Locard a introduit en France un mode de classement du fichier dactyloscopique, corrélé au fichier anthropométrique, qui s'est avéré particulièrement efficace pour identifier les récidivistes. Il a affiné la technique d'identification scientifique des traces laissées par les pores, nommée la poroscopie.

Edmond Locard est aussi l'auteur d'une méthode d'analyse, la graphométrie, qu'il a appliquée lors d'expertises réalisées sur des documents écrits, en plus de celles effectuées sur le matériel d'écriture. Il s'agit alors pour Edmond Locard de verser la preuve indiciaire au procès pénal, à l'heure où prévalent le témoignage et l'aveu, extorqué dans des conditions qu'il juge indigne d'une société qui peut tirer parti des progrès de la science. Selon le principe d'échange formulé par lui, le laboratoire scientifique doit prélever lors de l'enquête judiciaire les indices constitués par les traces matérielles nécessairement laissées par le criminel sur les lieux du crime ou du délit, puis effectuer selon la nature des prélèvements, des expertises balistiques, biologiques, chimiques et toxicologiques, ou encore authentifier les documents, les codes, les écritures, la monnaie, les timbres.

Durant les quatre décennies de direction d'Edmond Locard, le laboratoire constitue un fichier dactyloscopique, phonétique et anthropométrique des criminels de la région lyonnaise. Il est composé en 1934, d'un service photographique des suspects et d'un service microphotographique pour les documents écrits, d'un laboratoire de chimie, du musée, d'une bibliothèque et des archives conservant les pièces à conviction, les dossiers des criminels et une collection de clichés photographiques.

La renommée internationale de ce laboratoire, notamment dans l'entre-deux-guerres, se traduit par l'afflux, venu de trois continents, d'un public aussi varié que précieux. Ces hôtes se montrent curieux de s'inspirer de ses méthodes, ou de s'entretenir avec son directeur et visiter le musée de criminalistique, initialement constitué par Alexandre Lacassagne et enrichi progressivement de pièces venues du monde entier. Harry Ashton-Wolfe compte parmi ces personnalités de renom. Romancier et ami de Conan Doyle, avec lequel Edmond Locard entretient également une correspondance, Ashton-Wolfe est aussi traducteur de ses travaux.

Ce laboratoire de police technique est autant conçu comme un centre de ressources que de formation et d'expérimentation. Il dispense des cours de criminalistique aux étudiants en droit ou à l'école de police. Des stagiaires étrangers sont accueillis : professionnels en poste et futurs criminologistes réputés comme Osvaldo Miranda Pinto, Henry Rhodes, Harry Söderman, William Stirling, Mohamed Zaki. Magistrats et policiers sont également invités à s'initier aux méthodes d'investigation de la criminalistique élaborées ou mises en oeuvre par son directeur. Edmond Locard contribue à la création de l'Académie internationale de criminalistique à la fin des années 1920 et dirige, au laboratoire, la publication de son organe de presse officiel, La Revue Internationale de criminalistique durant la décennie suivante. En 1950, il est récompensé par la communauté scientifique en étant désigné président de la Commission internationale de Police technique, préfigurant Interpol.

 

Les activités connexes au laboratoire de police technique

Parallèlement à son activité d'expert et de criminologiste, Edmond Locard diffuse et vulgarise ses connaissances par la publication d'ouvrages et d'articles, quant il ne s'agit pas de communiquer au cours d'émissions radiophoniques et lors de conférences pour lesquelles il est généralement rétribué.

Il enseigne d'abord à la faculté de lettres ainsi qu'à l'institut pratique de droit de Lyon (1910), puis dans différentes écoles de détectives françaises et étrangères, ainsi qu'à l'école nationale supérieure de police de Saint-Cyr au Mont-d'or.

Loin de limiter sa contribution au rayonnement international de la criminalistique et du laboratoire de police technique de Lyon, Edmond Locard publie des nouvelles et des romans policiers, un traité et un catalogue de philatélie, une histoire du théâtre lyrique, des chroniques et des conférences sur des sujets tant scientifiques que culturels : en arts musique, peinture, théâtre en littérature, sur la philatélie comme en gastronomie.

Edmond Locard est d'ailleurs un chroniqueur réputé de l'actualité lyonnaise mondaine, artistique et plus particulièrement musicale. Il exerce des fonctions d'encadrement au sein de différentes publications de presse : directeur de rubrique littéraire et membres de comités de rédaction de plusieurs organes de presse locaux voire nationaux, au rang desquels figure Lyon Républicain, directeur de rédaction d'Androclès, organe de diffusion des « Mardis de Lyon » qu'il anime par ailleurs.

Sa sociabilité est très développée avec la « notabilité » lyonnaise, tant sur le plan culturel qu'associatif. Acteur engagé dans la cité, il est membre ou président parfois à titre honorifique de très nombreux comités et sociétés ou associations culturelles, professionnelles et scientifiques. Il entre dans la classe des sciences de l'Académie des sciences, belles lettres et arts de Lyon dès 1916 avant d'accéder à l'éméritat en 1929. Il préside Les Amis de Lyon et de Guignol créé par son ami Justin Godart et fonde l'Académie du Merle Blanc (1949). Ses membres, issus du monde des lettres et des arts, convient, lors d'une réunion hebdomadaire, une personnalité ayant une certaine notoriété dans un domaine scientifique ou culturel. Un prix de littérature policière Edmond Locard y est décerné pour la première fois en 1959.

Son érudition lui vaut de participer à de nombreux jurys dans les domaines littéraires, musicaux et artistiques. Au sein du comité d'enseignement de la section d'art déclamatoire au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon, il fréquente les compositeurs et musiciens, Georges-Martin Witkowski, Ennemond Trillat. Il a ainsi entretenu de nombreuses relations avec des écrivains, acteurs et peintres.

 

Denise Bichambis

Fille d'un critique musical, Denise Bichambis suit sa scolarité dans le Doubs où elle est née. Elève du lycée Pasteur à Besançon, elle est remarquée par ses professeurs pour ses qualités vocales. Elle rentre à l'école de musique, qu'elle quitte avec un prix de chant et un accessit de piano, pour intégrer le conservatoire de Dijon où elle fait l'unanimité du jury du prix de chant. Elle poursuit alors au Conservatoire national de musique et d'art déclamatoire de Lyon où elle obtient un deuxième prix du concours de déclamation lyrique (1937). Elle s'y fait connaître d'Edmond Locard qui siège comme membre de jury et administrateur. Elle intègre par la suite le laboratoire de police technique de Lyon où elle assure le secrétariat, la conservation adjointe du musée de criminalistique. Elle s'y forme aux techniques de relevé d'empreintes, à la graphologie et à la graphométrie. Elle réalise pour son propre compte des expertises en écriture à partir de 1947. Elle demeure la collaboratrice d'Edmond Locard après sa retraite et durant tout le temps de son activité au cabinet privé du 5 rue Mercière à Lyon. Elle porte également un intérêt pour la peinture qu'elle pratique par ailleurs, en plus de la musique, et assure le secrétariat général du Salon d'Automne.

Histoire de la conservation

C'est lors de la retraite d'Edmond Locard (février 1951) ou du décès de son successeur et fils Jacques l'année suivante (24 novembre 1952) que les archives du fonds Edmond Locard ont été transférées à son domicile et cabinet privé, où il continua d'exercer jusqu'à sa mort en 1966.

Peu après le décès de sa collaboratrice Denise Bichambis, le fonds a été remis aux Archives municipales de Lyon sans qu'aucun document contractuel n'ait été établi. Un complément de ce fonds est également conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon. Cette institution détient la majeure partie des expertises réalisées au laboratoire à l'exception des registres intégralement conservés aux Archives municipales (1910-1967). Elle conserve également de la documentation scientifique d'Edmond Locard et un carton de correspondance personnelle.

Parvenu à l'état de vrac aux Archives municipales de Lyon, le fonds a d'abord été traité sommairement : un état succinct a été dressé et les archives ont été cotées, ce qui a permis à des étudiants et des chercheurs de consulter ce fonds en tenant compte des restrictions d'usage.

En 2006, le fonds a été collationné dans sa totalité. A l'époque seule une partie du fonds a été classée. 74 cartons (cotés provisoirement 31II/1 à 31II/37 ; 31II/113 à 31II/172), soit près de 9 mètres linéaires représentant la partie classée.

Les dossiers d'expertises constituant un sous-fonds ont été traités en totalité en raison de leur homogénéité (cotés provisoirement 31II/113 à 31II/172). Pour le reste des dossiers, il n'a pas été possible d'établir un séquençage chronologique ou un une partition en fonction des provenances.

En 2018, les cartons provisoirement cotés 31II/38 à 31II/112 ont été classés et cotés en 308II/1 à 308II/137.

Modalités d'entrées

Don initial antérieur à 1974, confirmé par Pierre Locard, petit-fils d'Edmond Locard, en date du 27 juillet 2006 et de juin 2014.

Présentation du contenu

Le contenu du fonds considéré globalement (31II et 308II) reflète, de par la diversité des documents, le foisonnement des activités privées et professionnelles d'Edmond Locard.

En provenance de nombreux pays, celle-ci couvre le vaste champ de ses relations avec différents milieux, professionnel, associatif, notable et avec la sphère familiale ou amicale. D'autre part, une partie du courrier échangé avec l'administration permet d'étudier le fonctionnement du laboratoire de police technique de Lyon, lequel peut aussi être éclairé par la consultation des dossiers et registres d'expertises.

Le fonds Edmond Locard comporte des papiers du médecin légiste Alexandre Lacassagne, probablement en raison de leur collaboration au laboratoire de médecine légale de la faculté de Lyon et au musée de médecine légale fondé par ce dernier. Une partie de la collection a rejoint le musée de criminalistique, enrichi ensuite par son disciple. Il est aussi possible qu'une partie, ou la totalité de ces papiers, aient rejoint le fonds dans le cadre d'une étude réalisée par un stagiaire du laboratoire : comme pourrait le laisser entendre l'examen de la correspondance du laboratoire de police technique de Lyon. Ces archives sont essentiellement constituées de la correspondance, dont une partie comprend les échanges avec les confrères et des lettres provenant du criminel récidiviste Joseph Vacher. On y trouve également des notes de travail du légiste dont celles concernant l'examen clinique du « tueur de bergers ».

Les papiers de sa fidèle collaboratrice Denise Bichambis sont de composition similaire à ceux d'Edmond Locard, sans toutefois refléter la même diversité et érudition. Ses centres d'intérêts et d'activités portent davantage sur la musique, les arts graphiques et la philatélie.

Les archives traitées rendent particulièrement compte de la production intellectuelle d'Edmond Locard. Composées de nombreux textes préparatoires et d'imprimés d'ouvrages ou d'articles, cet ensemble est un appréciable témoin d'une pensée en gestation.

Constituées d'une production intellectuelle volumineuse, les archives attestent de l'éclectisme de leur producteur et de sa notoriété bien au-delà de la ville de Lyon, comme en témoignent les articles biographiques et la correspondance.

Registres et dossiers d'expertise constituent une source de premier ordre pour l'étude de la criminalistique et témoignent d'autre part d'une activité abondante et diversifiée au service de requérants dont la provenance englobe un vaste champ géographique.

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Pour ce fonds privé, seuls les documents en plus de cinq exemplaires (imprimés) ont été retirés. Les traces successives constitutives d'une pensée en gestation ont été enrevanche conservées. Les éliminations ont porté sur les documents suivants :

Discours prononcé pour l'inauguration de la salle GM Witkowski :dactylogrammes (30 octobre 1951) ; anciennes cotes 31 II 17 ; 31 II 44.
Education générale des lycées de Lyon, Cercle d'études musicales : dépliants (janvier -avril 1944) ; anciennes cotes 31 II 22.
L'Argus Philatelic : spécimens (octobre 1947-janvier 1948) ; anciennes cotes 31 II 75.

Mode de classement

Les mentions portées sur les contenus et contenants des documents par le producteur ont mis à jour un classement de type géographique ou méthodique. Cependant, la nomenclature ayant évolué au fil du temps, l'ordre initial du fonds qui a fluctué et mêlé les documents de différentes provenances n'a donc pas toujours pu être restitué. Il n'est pas certain que les dossiers du fonds Edmond Locard aient été alimentés dans un ordre chronologique, hormis certaines parutions et les dossiers concernant le laboratoire de police technique. Il n'a donc pas été possible d'établir une périodisation sur la partie classée, à l'exception des dossiers d'expertises.

Les papiers personnels, ceux retraçant la diversité de ses activités exercées « hors » du laboratoire puis de son implication dans la vie sociale et culturelle, ainsi que les œuvres de l'esprit, ont été repérés et classés en fonction de plusieurs logiques : l'ordre initial, lorsqu'il est apparu pour certains dossiers constitués, la thématique, qui recoupe aussi partiellement l'ordre initial, la provenance d'une source écrite ou d'une catégorie de correspondant, les activités d'Edmond Locard.

Le plan de classement comprend quatre sous-ensembles :

- Vie privée d'Edmond Locard : ses papiers personnels, ses activités d'écrivain, de journaliste et conférencier

- Sa production intellectuelle : ses publications, collaborations journalistiques et sa documentation de travail 

- Les papiers de Denise Bichambis : papiers personnels et professionnels

- Les expertises 

Conditions d'accès

La communicabilité de ce fonds d'archives est régie selon les délais réglementaires en vigueur pour les archives publiques. Si la grande majorité du fonds est communicable immédiatement, les registres et dossiers d'expertises le sont à l'expiration d'un délai de 75 ans à compter de la date de clôture des dossiers. Le lecteur peut néanmoins adresser une demande de dérogation qui sera instruite par les Archives municipales de Lyon et transmise au donateur.

Conditions d'utilisation

Toute demande de reproduction doit être soumise à l'autorisation écrite du donateur.

En cas de publication ou de diffusion publique (présentation publique, exposition) et quel que soit le support utilisé, les reproductions seront autorisées sous réserve de l'apposition de la mention : « Fonds Edmond Locard - Archives municipales de Lyon » et de la référence précise de la cote de l'article.

Autre instrument de recherche

En 2018, la deuxième partie du fonds Locard a été classée et cotée en 308II. 

Documents en relation

Le lecteur est invité à consulter la bibliographie éditée dans le répertoire 308II.

Bibliographie

Le lecteur est invité à consulter la bibliographie éditée dans le répertoire 308II.

Cote/Cotes extrêmes

31II/1-31II/30

Date

1901-1966

Présentation du contenu

Le classement adopté s'efforce de respecter l'ordre initial autant qu'il a pu être rétabli.
Au sein des papiers personnels, Edmond Locard et son assistante Denise Bichambis ont collecté une abondante collection d'articles à caractère biographique constituée d'imprimés au premier rang desquels paraissent des coupures de presse. De nombreux articles et reportages attestent en particulier de l'intérêt porté à l'échelle internationale aux découvertes, aux réalisations ou encore aux célèbres affaires criminelles élucidées ou commentées par le fondateur du laboratoire de police technique de Lyon. A cette collection ont été joints ses écrits autobiographiques probablement destinés à leur
publication et des souvenirs principalement constitués de photographies dont celles d'un collaborateur du laboratoire et d'artistes.
La correspondance relatant la vie professionnelle puis sociale et culturelle d'Edmond Locard est abondante. Disséminée dans le fonds, elle est en partie classée en restituant l'ordre originel dans la mesure du possible.
Pour les documents regardant l'écrivain, le journaliste et le conférencier, les pièces sont ainsi reclassées notamment dans les dossiers intéressant ses relations avec certains comités de rédaction de journaux. Le même procédé s'applique pour ses centres d'intérêts prononcés pour la philatélie, la musique et le théâtre. La même logique classificatoire a prévalu pour des documents attestant de la forte implication d'Edmond Locard dans la vie sociale et culturelle : engagements civiques et participation à des prix littéraires et musicaux.
Toutefois, le désordre des papiers, la multiplicité des mentions, voire des écritures portées sur les chemises, n'ont pas toujours reflété la cohérence ni la permanence du mode de classement initial méthodique combiné à un agencement géographique. D'où la présence de dossiers « doublons » aux intitulés qui s'enchevêtrent. De plus, le producteur a, dans une certaine mesure, déplacé des pièces lors de l'exploitation des dossiers, mêlant ainsi des documents de provenances diverses.

C'est pourquoi, lorsque l'ordre d'origine n'a pu être restitué, les documents ont été reclassés en tenant compte :
- de l'activité intellectuelle, exercée autant à titre privé que professionnel, celle-ci étant imbriquée dans celle-là, tant en raison du statut particulier de son producteur Edmond Locard que de la diversité de ses activités exercées à titre associatif, civique et professionnel. Au sein de cette rubrique, les recensions des ouvrages parus côtoient donc les relations épistolaires avec les éditeurs en faisant état,
- de la vie sociale et culturelle d'Edmond Locard,
- du statut de l'expéditeur ou du destinataire de la correspondance pour restituer le contexte de production des documents ou retracer l'activité : échanges avec des organismes publics ou privés, avec des associations à vocation musicale, philatélique ou de promotion de l'Espéranto. Une distinction est cependant opérée entre les échanges avec le public et avec des artistes ou des écrivains pour lesquels il semble qu'ils ont fait l'objet d'un classement différencié. Un classement méthodique et correspondant probablement à l'originel prévaut ici et vise à mieux rendre compte des activités et centres d'intérêts d'Edmond Locard : littérature, arts, philatélie. S'agissant d'échanges épistolaires, les courriers et leurs réponses sont toutefois réunis autant qu'il a été possible.

Cote/Cotes extrêmes

31II/12-31II/29

Date

1902-1966

Cote/Cotes extrêmes

31II/12-31II/14

Date

1910-1965

Comité des Amis de Charles Fargues.

Cote/Cotes extrêmes

31II/12, 31II/11 (Ancienne cote)

Date

1910-1928, 1939

Présentation du contenu

Souscription pour la Fondation du Prix Fargues, l'acquisition d'une sépulture et la pose d'une plaque commémorative. Correspondance adressée au Président Edmond Locard par les membres du Comité et des souscripteurs, bulletins de souscription, coupons, factures, listes manuscrites de tenue des comptes, reçus, profession de foi, liste de membres, coupures de presse (classement chronologique). Contient aussi une copie de la lettre de soutien des notables lyonnais à la candidature de Charles Fargues à l'ordre de la légion d'honneur et adressée au ministre de l'Instruction publique (17 février 1910).

Conditions d'accès

Communicable

Mots clés matières

Mots clés personnes