83II - Fonds Jules Monchanin

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

83II/1-83II/7

Date

1907-1995

Importance matérielle

0,5 ml

Origine

Don de Françoise Jacquin, présidente de l'association Monchanin, et de Jacques Gadille.

Biographie ou Histoire

L'abbé Jules Monchanin (Fleurie, Rhône 1895 Paris 1957) est le fondateur de l'ashram du Saccidananda (Indes) avec le père Le Saux en 1950.

Modalités d'entrées

Don de Françoise Jacquin et Jacques Gadille (convention du 9 mai 1995).

Présentation du contenu

Papiers personnels de l'abbé Jules Monchanin et documentation le concernant : correspondance, articles de presse, photographies, 1907-1995.

Contrairement à l'ensemble coté 18II, l'origine de ce fonds ne semble pas être la famille de Jules Monchanin, mais son ami, l'abbé Etienne Duperray, qui paraît avoir récupéré les papiers de Monchanin qui restaient à l'ashram (ou qui avaient peut-être été rapatriés en France après sa mort), y avoir adjoint les documents en sa possession et avoir initié une politique de collecte auprès des autres proches du Swami. Ce travail, encouragé par le P. de Lubac, paraît avoir été poursuivi par l'associaton Jules Monchanin jusqu'au début des années 1990. Ce fonds comprend donc plusieurs ensembles d'importance et d'intérêt variable.

Documents personnels et familiaux

Quelques documents personnels de Jules Monchanin n'étaient pas inclus dans les archives familiales et se retrouvent dans ce don : des courriers, une photographie non datée et son diplôme du baccalauréat. On trouvera aussi un grand nombre de témoignages sur l'homme et son oeuvre, posthumes pour la plupart.

Correspondance

Ce fonds inclut à la fois la correspondance reçue par Jules Monchanin et un grand nombre de courriers adressés à des destinataires variés : Etienne Duperray, les dirigées de l'abbé Monchanin, des religieux français (dont de nombreux jésuites), quelques religieux indiens et des personnalités françaises. Les correspondants de Monchanin jouissaient parfois d'une réelle célébrité, comme Louis Massignon, spécialiste de l'Islam et pionnier du dialogue islamo-chrétien et le père Henri de Lubac, devenu par la suite cardinal. La constitution de cette partie du fonds semble avoir obéi à une collecte délibérée de la part de l'association Monchanin, ce qui explique la présence simultanée d'autographes et de copies. Certaines copies sont d'ailleurs expurgées, comme dans le cas de la correspondance avec Mme Adiceam. Cette collecte paraît avoir été tributaire des moyens et des relations des collecteurs, ce qui pourrait expliquer la sous-représentation manifeste des correspondants indiens.

Les courriers du P. Monchanin abordent des sujets personnels, comme dans toute correspondance amicale, mais sont surtout centrés sur ses préoccupations philosophiques, spirituelles et théologiques. Ils semblent avoir servi de support à sa réflexion, à l'instar de ses notes et écrits.

Notes et écrits

Le fonds 83II rassemble un grand nombre de notes et d'écrits du Père Monchanin, certains publiés et d'autres inédits. Le niveau d'élaboration de ces textes est extrêmement varié : à côté des articles publiés et des textes de ses conférences figurent un grand nombre de notes dactylographiées, qui s'apparentent plutôt à des plans développés et un encore plus grand nombre de notes manuscrites, dont la formalisation est des plus inégale. Le plan de classement tente un regroupement fondé à la fois sur la chronologie et sur le degré d'élaboration des textes. Tout ce qui ressemblait à une note autographe a été conservé.

Les thématiques abordées dans de nombreuses notes sont d'abord philosophiques avant de concerner le dialogue interreligieux. L'instrument de recherche tente d'en faire percevoir la diversité. Il s'appuie sur les titres même de Monchanin, qui peuvent parfois utiliser des termes éloignés de ce qui serait jugé acceptable aujourd'hui.

Beaucoup de notes déjà entrées avec le fonds 18II ont été données à nouveau en 1995. Toutefois, au vu de l'existence de nombreuses variantes (de titre et de contenu), il a été choisi de n'éliminer que les doubles évidents.

Recherches sur Monchanin

En complément de la thèse de Jacques Petit, présente dans le fonds 18II, on trouvera ici son mémoire de maîtrise et un projet de thèse antérieur, ainsi qu'un projet de plan de classement du fonds, par Mme Jacquin. 

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Seuls les doubles manifestes ont été éliminés. Le classement a aussi conduit à éliminer les conditionnements inadaptés tout en prenant soin de reporter sur les nouveaux conditionnements les informations qui figuraient sur les anciens. Par ailleurs, les ouvrages publiés ont été extraits de ce fonds pour constituer une collection spécifique au sein de la bibliothèque des AML (26 C).

Accroissements

Le fonds est clos.

Mode de classement

Classement thématique.

Conditions d'accès

(Communicabilité vérifiée (convention du 9 mai 1995).)

Les documents sont immédiatement communicables à l'exception de la cote 83II/1 communicable 50 ans après l'année 1987 (respect du délai de communicabilité relatif à la vie privée).

Langue des unités documentaires

La plupart des documents sont en français. Quelques documents sont en anglais, latin, tamoul. De nombreuses citations en grec ancien.

Bibliographie

PETIT Jacques, Un prêtre lyonnais, ermite aux Indes : constitution d'un fonds J. Monchanin aux archives municipales de Lyon, Revue du Lyonnais tome II, n°2, Edition L'HERMES, Lyon, 1980, pages 117-121.

Mots clés lieux

Mots clés personnes

Mots clés typologiques

Documents concernant les abbés Etienne Duperray et Jules Monchanin; courrier reçu par Jules Monchanin.

Cote/Cotes extrêmes

83II/1

Date

1910-1987

Présentation du contenu

Archives familiales concernant Jules Monchanin.

Portrait photographique (s. d.), lettre de F. Arandel à ses parents (1910), carte du confrère Marie-Augustin du Cœur de Jésus (1915), diplôme du baccalauréat (1916), lettre de M. Morel (1919), courriers reçus par ses parents à l'occasion de son ordination sacerdotale (1922), une feuille de messages recopiés par Jules Monchanin (1943-1944), lettre de Henri de Lubac à sa mère (1948), lettre de Mme Adiceam à son sujet (1948), lettre de Soeur Paul, de l'abbaye de Pradines, à son sujet (1952), certificat de vaccination contre le choléra et laissez-passer vaccinal (1952).

Témoignages concernant l'abbé Monchanin, du vivant de celui-ci.

Lettre de M. Chalendard, administrateur des houillères de Saint-Etienne (1939?), adresse d'adieu à l'abbé Monchanin, par Victor Carlhian (avril 1939), article de Pierre Emmanuel dans Etudes (novembre 1947), article de Suzanne Siauve, professeur de philiosophie au lycée de Rouen (décembre 1947), transcription d'une lettre de Paul Claudel (1951), coupures de presse (1953), compte rendu du livre de l'Esthétique à la mystique par Pierre Emmanuel (1953), 2 lettres de Henri de Lubac, jésuite, à Etienne Duperray (1954-1955), compte rendu du livre de Jules Monchanin et Henri Le Saux, Ermites du Saccidananda, par Etienne Duperray (1956).

Témoignages posthumes.

Faire-part de décès en français et bilingue latin-tamoul, avec une photographie de Jules Monchanin (1957), extraits de courriers rassemblés après son décès (s. d.), notes du P. Lozé, jésuite, professeur au grand séminaire de Trichinopoly (s. d.), lettre autographe de Louis Massignon (1957), courriers du consul général de France à Pondichéry (1957-1959), lettre et articles de Henri de Lubac, jésuite (1957, 1965 (?), 1977 (?)), lettre du P. Gathier, professeur à l'université pontificale grégorienne (1958), lettre de Victor Carlhian, de Lyon (1958), chapitre de l'autobiographie de Camille Drevet (1964), lettre de M. Mavit, responsable de l'union des croyants (1965), article de la France catholique (1967), lettre de J. Larbot, curé de la paroisse Saint-Joseph d'Alès (1968), note d'après l'allocution de Pierre Emmanuel à la fondation des amis de Gabriel Marcel (vers 1970), lettre d'André Chouraqui (1971), sermon de l'abbé Duperray à la paroisse de Fleurie (1974), le Père Monchanin, réminiscences, témoignage du Père Ceyrac (après 1977), copie d'un manuscrit de J. M. Julia (1980), lettre de soeur Marcelle de l'abbaye de Pradines (1983), copie d'une lettre de Bede Griffiths (1985), copie d'une lettre de Jean Scelles Millie (Alger, 1987), lettre de Pierre-Sylvain Filliozat (1995), témoignage de Christian Lacour (s. d.), mes rencontres avec Monchanin, témoignage de Philippe Payant (s. d.).

Courriers reçus.

Transcription de messages reçus pendant la 2e Guerre Mondiale, René Antoine, jésuite, de Calcutta (Inde, 1 lettre, 1955), Arango, jésuite, St. Mary's College, Kurseong (Inde, 1 lettre, 1946), René de Berval, de France Asie, Saïgon (Indochine française, 1 lettre, 1948), Pierre Bonnard, pasteur, Lausanne (Suisse, 1 lettre, 1946),L. A. Boumard, de la revue Dokumente d'Offenburg (Allemagne, 1 lettre, 1947), J. L. de Carbuccia, des éditions de Paris (1 lettre, 1956), Victor Carlhian, Lyon (3 lettres, 1938-1951), Pierre Ceyrac, jésuite, St. Mary's College, Kurseong (Inde, 5 lettres, s. d., 1946), E. A. Chinnappan, prêtre à Karur (Inde, 1 lettre en anglais avec des citations en grec ancien, 1942), Paul-Henri Chombart de Lauwe, chercheur au CNRS (1 lettre, 1946), Mgr Auguste-Siméon Colas, archevêque de Pondichéry (Inde, 1 lettre, 1947), Alain Daniélou, professeur à la Benaras Hindu University (Inde, 1 lettre, 1951), G. Deleury, jésuite, Paris (2 lettres, 1947) I. S. Dorasami de The Indian institute of Culture de Bangalore (Inde, 1 lettre en anglais, 1954), Jean Filliozat, de la société asiatique de Paris (1 lettre, 1948), Paul Flamand, des éditions du Seuil (1 lettre, 1945), Victor Fontoynont, jésuite (1 lettre, 1952), chanoine Galland (1 lettre, 1947), Maurice de Gandillac, philosophe, professeur à l'université de Paris (2 lettres, 1954-1955), Emile Gathier, jésuite à Colombo (Ceylan) puis à Poona (Inde, 5 lettres, 1952-1955), abbé Louis d'Hendecourt, professeur aux facultés catholiques de Lille (1 lettre, 1946), Pierre Lachièze-Rey, professeur de philosophie aux facultés des lettres de Lyon (1 lettre, 1949), Olivier Lacombe, professeur de philosophie à Ankara (?) puis à l'université de Paris (2 lettres, 1940, 1949), J. Lozé, jésuite, St. Mary's College, Kurseong (Inde, 1 lettre, s. d.), Henri de Lubac, jésuite (4 lettres, 1939-1949), secrétariat de The Madras Cultural Academy (Inde, 1 lettre en anglais, 1955), Stanislas Lyonnet, jésuite, de Rome (Italie, 1 lettre, 1951), T. M. P. Mahadevan, Union for the Study of the Great Religions de Madras (Inde, 1 lettre en anglais, 1955), Robert D. Marciny, gérant de The Broadway Park, entertaining entertainments for ages from 6 to 600 years à Kulibalai (Inde, 1 lettre en anglais, [1939-1945]), fr. Marie-Emmanuel, moine à l'abbaye Notre-Dame des Dombes (1 lettre, 1938), Louis Massignon, professeur au Collège de France (13 lettres, 1939-1953), J. de Menasce, dominicain (1 lettre, 1946), Marcel Moré, écrivain, de Paris (1 copie de lettre, 1947), Jeanne Mortier, de Paris (1 lettre, 1947?), Emmanuel Mounier, de la revue Esprit (1 lettre, 1946), J. Moyeron, jésuite, du St. Stanislaus College à Hazaribagh (Inde, 1 lettre, 1951), Raimundo Panikkar, théologien, de Banaras (Inde, 1 lettre, 1957), AM Paul Petit, veuve d'un ancien ambassadeur de France au Danemark, fusillé par la Gestapo à Paris (1 lettre, 1946), docteur Riese, ami du docteur Biot, de Richmond (Virginie, Etats-Unis, 1 lettre, 1942), Madeleine Roland (1 lettre, 1947), A. Rolland de Renéville, de la Colombe, Paris (1 lettre, 1947), A. Salvado, de Paris (3 lettres, 1948-1952), Suzanne Siauve, membre de l'Ecole française d'extrême-Orient de 1955 à 1975 (1 lettre, 1957?), Marie Solvay, de la Hulpe (Belgique, 1 lettre, 1939), Yu Tchen, ami chinois rentrant de Lyon à Hong-Kong (1 lettre, 1941), L. Termehr, Madras Cultural Academy (1 lettre, 1955), Mgr Tiberghien (1 lettre, 1955), Serge Toussaint, de Pondichéry (Inde, 1 lettre, 1952), Jean Wahl, professeur à l'université de Paris, faculté des lettres (2 copies de lettres, s. d. et 1955).

Articles de presse parus après la mort de Jules Monchanin (1957-1988)

Conditions d'accès

Communicable au bout de 50 ans à partir de 1987 (Communicabilité vérifiée)

Le délai de 50 ans après la date de fin s'applique à cet article.

Langue des unités documentaires

La plupart des documents est en français. Par exception, quelques documents en anglais, latin et tamoul.

Mots clés auteurs